L’entreprise individuelle sans risque et le patrimoine d’affectation : le miroir aux alouettes ?

Résumé : Le principe d’unicité du patrimoine dégagé à la fin du XIXe siècle est très présent en droit français. Pourtant, son application pose de nombreuses difficultés car le patrimoine unique et indivisible devient le seul gage général des créanciers et représente en cela un risque juridique, notamment en cas d’exploitation d’une entreprise. La scission patrimoniale n’étant pas possible, le législateur a dû composer avec les montages juridiques à sa disposition ou en proposer de nouveaux. Le patrimoine d’affectation est l’un de ces montages juridiques dont le but est de cloisonner les biens d’une personne selon leur affectation commune. Le patrimoine d’affectation est alors envisagé pour pallier le risque juridique inhérent au principe d’unicité du patrimoine. Cet article pose un regard critique sur cette notion de patrimoine d’affectation et nous verrons qu’il n’est pas aussi efficient qu’il le semble.
Type de document :
Article dans une revue
Management & Avenir, INSEEC/Management Prospective Ed. 2014, pp. 145-158. 〈10.3917/mav.074.0145 〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-neoma-bs.archives-ouvertes.fr/hal-01154332
Contributeur : Sandrine Palmer <>
Soumis le : jeudi 21 mai 2015 - 16:12:48
Dernière modification le : vendredi 22 mai 2015 - 01:05:58

Identifiants

Collections

Citation

Anne-Sophie Courtier. L’entreprise individuelle sans risque et le patrimoine d’affectation : le miroir aux alouettes ?. Management & Avenir, INSEEC/Management Prospective Ed. 2014, pp. 145-158. 〈10.3917/mav.074.0145 〉. 〈hal-01154332〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

184